Cela se voit

Johannes Vermeer - Le Christ dans la maison de Marthe et Marie
Johannes Vermeer – Le Christ dans la maison de Marthe et Marie

Tu dis qu’il ne s’agit que d’un travail. Tu ris au pied de la navette tu risques des raisonnements pour nous réconforter mais tu méconnais ta valeur. Tu n’iras nulle part sans apposer dans les poignées de main le sceau de la bonté crue, de la crue qui submerge nos cases et nos bannettes. Tu sais que dans la poursuite unanime du bonheur tu as choisi la part qui ne te sera pas enlevée. Tu ne veux pas comprendre qu’on t’enlève à nous et que nul ici-bas n’est remplaçable. Où tu iras bientôt, les prochains étrangers te souriront de ouf et dès qu’ils auront commencé à t’appeler Sam tu comprendras que l’ange qui te garde devient toi souvent et que cela se voit.

Où tu iras partout tu gagneras des collaborateurs heureux de ranimer leurs forces en croisant ton sourire et ta dégaine au-delà des horaires et des process. Où tu accosteras d’autres encore riront de joie face à ta candeur légitime. Le temps t’apportera autant de partitions de piano à jouer que de promenades à faire dans les terrains plantés d’arbres, pendant que nous irons nous retrancher de la vie et fuir nos vraies heures dans l’esprit d’Alan Mak ou de Kim Jee-woon.

1 commentaire

Ce que vous en dites

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s