Agenda

Je voudrais mettre un point final à ma lecture du quatrième recueil des Poèmes de Yves Bonnefoy. La rédaction des deux dernières parties de cet essai me porterait plus au cœur du métier. Comme si Dans le Leurre du Seuil attendait que j’aie vécu l’écume et le fond de ces dernières années pour me souffler l’essentiel.

Je voudrais mettre en mots le bonheur de relire le premier roman de Nicolas Clément. Pour augmenter la joie, graver la joie de savoir qu’un nouveau livre aura soin du besoin de beauté concurrente qui talonne les écrivains relecteurs que nous sommes, condamnés le reste du temps à peser la voix des Morts.

Je voudrais écrire quelques mots sur les élections qui viennent d’avoir lieu à Madagascar.

Avant de me briser les dents et de saigner du nez sur une troisième version de S je voudrais tenir ces promesses faites à moi-même. Lorsque j’aurai fait ces trois choses et fourbi quelques armes supplémentaires de conteuse, je disparaîtrai momentanément de la Toile. Aujourd’hui mon roman tient debout, en deux jets charpente et chair se sont emboitées de science sûre. Il manque au livre le plus important, le souffle, qui est toujours au-dessus de nos forces, qui est affaire d’absolu.

Ce que vous en dites

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s